Le SyMAGE Dronne a fusionné avec le Syndicat Mixte du Bassin de la Lizonne le 1er janvier 2015. La nouvelle structure s’appelle le Syndicat de Rivières du Bassin de la Dronne.

Le contenu du site internet est en cours de finalisation...

 

 

 volet 1 Etude diagnostic qualité de la Dronne moyenne SMEAP  du Ribéracois 2010

 

 

 

Etude diagnostic qualité de la Dronne moyenne SMEAP  du Ribéracois 2010 Etude diagnostic qualité de la Dronne moyenne SMEAP  du Ribéracois 2010 

 

La Dronne, entre Quinsac et Champagnac de Belair, avec un escarpement rocheux en rive droiteLe bassin versant de la Dronne représente une surface d’environ 2800 km², réparti sur 3 régions (Limousin, Poitou-Charentes et Aquitaine) et 5 départements (d’amont en aval : Haute Vienne, Dordogne, Charente, Charente-Maritime et Gironde).
La Dronne constitue l’artère réceptrice du bassin versant, prenant sa source en Haute Vienne sur la commune de Bussière-Galant avant de se jeter dans l’Isle, au niveau de Coutras en Gironde après un chemin long d’environ 200 kilomètres.
Le Syndicat de Rivières du Bassin de la Dronne est compétent sur 92 communes, assurant la gestion de l’axe Dronne et de ses affluents (Lizonne, Rizonne, Côle, Euche, Boulou, Chalaure, Donzelle…).
Entre la commune de Quinsac et la commune de la Roche-Chalais qui marque la limite aval de la Dronne en Dordogne, la rivière effectue un parcours d’environ 125 km. Au fil de ce tracé, les paysagent évoluent.

De Quinsac jusqu’à l’entrée de Brantôme (cf. Confluence avec le Libourny, affluent de rive droite), la vallée est relativement dissymétrique, avec un lit majeur oscillant entre 50 et 250 mètres, avec des valeurs plus élevées localement. On observe de manière sporadique, des escarpements rocheux, témoignage d’une vallée sculptée au péri-glaciaire et d’une rivière beaucoup plus puissante qu’aujourd’hui. Le chenal de la Dronne est dit unique et relativement sinueux sur cette partie du territoire, s’écoulant sur des terrains calcaires.
De Brantôme jusqu’à la limite aval de la commune de Bourdeilles, la sinuosité du lit est parfois moins marquée. Le lit majeur est globalement plus large avec une présence d’escarpement rocheux plus remarquable.

 

La Dronne à Grand Brassac site de RochereuilEntre sa confluence avec le Boulou à Creyssac (situé à l’aval de Bourdeilles) et la commune de la Roche-Chalais qui marque la limite aval de la Dronne en Dordogne, la rivière effectue un parcours d’environ 90 km. Au fil de ce tracé, les paysages évoluent. 

De Creyssac jusqu’à Lisle, la Dronne circule dans des terrains calcaires, au sein d’un lit majeur étroit de 100 à 250 m dans une vallée dissymétrique avec un escarpement rocheux sur lequel elle bute, décrivant des paysages pittoresques. Large de 20 à 30 m, la Dronne possède un lit unique légèrement sinueux et longe principalement des prairies.

Avec l’élargissement de la vallée, le lit majeur atteint près de 500 mètres de large. On retrouve jusqu’à Lisle et Grand-Brassac localement les traces des escarpements rocheux en retrait de la rivière. A l’aval de Tocane-St-Apre, apparaissent les atiers, petits bras secondaires actifs tout au long de l’année, larges de quelques mètres et longs de quelques centaines de mètres à plus de deux kilomètres. Il s’agit de témoignages du fonctionnement passé de la rivière qui présentait il y a quelques siècles ou quelques milliers d’années un style fluvial à bras multiples. Dans ce secteur comme dans le Ribéracois, la rivière présente un style méandriforme peu actif. Les activités céréalières apparaissent en fond de vallée. Largement influencée par la présence régulière des seuils de moulins, la largeur de la rivière, qui se situe entre 20 et 30 m, voire 35 m très localement, évolue globalement peu jusqu’à St-Aulaye. Dans ce secteur, le gabarit augmentera sensiblement pour atteindre 35 à 40 m, même la largeur peut être réduite à 25 m à hauteur de certains passages.

Dans le secteur de Ribérac, le lit majeur est large d’environ 500 mètres à un kilomètre et accueille une agriculture mixte caractérisée par la présence de prairies pâturées, de parcelles de grande culture et de peupleraie. La vallée concentre l’essentiel de l’urbanisation de la région au niveau des principaux bourgs (Ribérac, Tocane-St-Apre, St-Méard-de-Drône….) installés en marge du lit majeur. Dans le secteur de Ribérac et dans une moindre mesure au niveau de la confluence avec la Lizonne, la rivière présente une morphologie très particulière avec des bras multiples. Dans le secteur de Petit-Bersac, la Dronne possède un réseau complexe d’atiers, le plus dense à l’échelle de la rivière. En aval, cette forme fluviale régresse très largement : ils ont évolué en bras morts plus ou moins longs. Les communes de St-Aulaye, Chenaud et la Roche-Chalais abritent des bras morts remarquables.

 

 

logo-cg24 logo-CR-aquitaine logo-AEAG LogoPPV  GIP

Mentions légales | Contact

Copyright © 2013. All Rights Reserved.