Syndicat Mixte de Rivières
du Bassin de la Dronne

9 ter rue Couleau
24 600 RIBERAC

Plan d'accès

SRB antenne de
La Rochebeaucourt

2, rue Larginière
24340 La Rochebeaucourt 

Tel : 05 53 91 98 78
Fax : 05 53 91 98 79

contact mail

Plan d'accès

variete-de-carex-a-determin.jpg

La Dronne et ses affluents

chalaure_aval-(4).jpg

Les connaissances sur le fonctionnement des cours d’eau et des bassins versants ont considérablement augmentées ces dernières décennies et elles nous permettent de mieux aborder leur gestion. Cette évolution permet aujourd’hui de mieux anticiper les réponses des cours d’eau et des bassins versants aux interventions réalisées.
Le fonctionnement des cours d’eau et des milieux aquatiques est négativement impacté par des pressions très diverses. Voici en quelques lignes un aperçu des différents problèmes à traiter.

Les seuils et leurs impacts sur la continuité écologique

Les cours d’eau présentent de nombreux seuils, ouvrages barrant en travers le lit mineur, créant ainsi une discontinuité dans le chenal. Ils peuvent être de natures diverses : seuils de moulins, digues d’étangs directement implantées sur les cours d’eau, buses perchées par rapport au fond du lit… Un nombre significatif de ces seuils a pu être implanté sur les cours d’eau il y a plusieurs siècles comme c’est le cas des seuils de moulins qui ont été aménagés pour leur force motrice, dont la plupart ont été rehaussés et ont connu des évolutions de leur profil en travers. Aujourd’hui, les moulins font d’ailleurs pleinement partie du patrimoine bâti et culturel associé aux cours d’eau.


Parcoul-ptLa présence de ces ouvrages en travers des cours d’eau perturbe la continuité écologique, c’est-à-dire la mobilité des espèces animales au sein du cours d’eau et le transport des sédiments. De ce fait, elle impacte lourdement le fonctionnement écologique et la dynamique fluviale. Les espèces piscicoles ont souvent besoin de se déplacer pour accomplir au mieux leur cycle de vie que ce soit pour des espèces migratrices comme l’anguille ou des espèces beaucoup moins mobiles dans la rivière comme le brochet. A plus long terme, le manque de mobilité des espèces les rend plus vulnérables aux conséquences du réchauffement climatique en les privant de la possibilité de rejoindre des portions de rivière propices à leur cycle de vie au cours des saisons (de la période estivale notamment).
Les seuils constituent également des entraves au transport des sédiments et tendent à homogénéiser la physionomie des cours d’eau alors que la diversité constitue un élément clé de la qualité écologique des cours d’eau. Dans les zones de retenue situées en amont des seuils avec l’uniformisation des écoulements, la qualité de l’eau se dégrade du fait du réchauffement, du ralentissement et du colmatage du fond du lit.
Sur les rivières comme la Dronne, de nombreux usages se sont historiquement greffés sur les seuils de moulins destinés à l’origine à une ou plusieurs productions (électricité, meunerie). Les usages dits indirects le plus souvent rencontrés sont les ponts, les sites de baignades, les aires d’agréments (musée, aire de loisirs…).

Chaberlane-ptDes solutions existent et doivent être étudiées au cas par cas, la destruction systématique des ouvrages ne pouvant raisonnablement constituer une solution opportune et réaliste. L’arasement vise à diminuer la hauteur d’un seuil, le dérasement ou effacement consiste à détruire complètement l’ouvrage. Lorsque l’effacement du seuil n’est pas réalisable, il est possible d’équiper l’ouvrage d’une passe à poisson qui permet de restaurer une partie des circulations piscicoles. Ces équipements sont adaptés pour des espèces bien ciblées (une truite dispose d’une capacité bien supérieure à l’alose par exemple). En complément de ces aménagements, il faut souligner que la gestion régulière des vannages en période de crue favorise la dévalaison de nombreuses espèces piscicoles (comportement qui vise à rejoindre les parties aval d’un cours d’eau) et dans une moindre mesure une partie du transit sédimentaire.

Tenant compte de l’ampleur de la question à traiter, l’enjeu pour les gestionnaires de cours d’eau vise aujourd’hui à identifier les territoires prioritaires et engager les opérations de restauration de la continuité écologique, préciser et mettre en œuvre les solutions complètes (effacement) ou partielles sur les rivières tout en conciliant les usages directement ou indirectement associés.

Plaquette ONEMA pourquoi restaurer la continuité écologique 

logo-cg24 logo-CR-aquitaine logo-AEAG LogoPPV  GIP

Mentions légales | Contact

Copyright © 2013. All Rights Reserved.